Le cahier des charges concernant l'exposition au Musée national de la Suisse, imposait un défi stimulant: Passer du monumental au chevalet, concevoir et faire réaliser une tapisserie d'Aubusson contemporaine d'un mètre carré seulement et pas un centimètre de plus ! Et bien, contre toute attente, dans cette sculpture textile animée, le compte y est. Même s'il est accroché dans une charpente de 260cm X l2Ocm, le tissage du « Nœud de raison » mesure juste un mètre carré. De plus, grâce à la magie d'un moteur électrique discret, il tourne comme un doux manège de lumière. En fin de compte, la tapisserie d'Aubusson n'est pas si chère que sa légende le dit: Ici il y en a 360, pour le prix d'une seule, non ?

Commenté par jean Fourton

     Tombé très tôt en peinture, Jean Fourton n'en a pas moins fait mille choses à côté: journaliste, attaché de presse, écrivain, psychanalyste membre de l'école freudienne de Paris et Vienne et élève de lacan... et sûrement d'autres choses encore. Parmi lesquelles, Ia défense et illustration de Ia tapisserie bon sang aubussonnais ne saurait mentir est devenue, depuis quelques années, son combat favori.

 

      Dans ce Creusois qui brassait les styles et les couleurs avec une belle santé et peu d'égards pour Ia manière académique, la critique avait, à sa première exposition parisienne, salué un «nouveau baroque». L'épithète sonne encore plus juste depuis qu'il réalise ce qu'il appelle ses «aménagements de surface».

      Fourton a conquis Ia troisième dimension à travers des matériaux souples et organiques qui se laissent tisser sur les métiers de basse lisse ou manipuler librement : laine et fil, toiles de jute et bitume, peaux d'animaux et plaques de plomb, vieux sacs postaux et pigments naturels. Dès lors, il voit dans les secrets de Ia matière et les explorations dans lesquelles elle l'entraîne, une métaphore des mystères de l'inconscient, dans les profondeurs desquels le psychanalyste plonge à Ia recherche du sens de la vie.

 

      «Nœud de raison» (ou «noeud borroméen») La sculpture tapisserie qu'il signe ici se veut figure de topologie stylisée, manifestant ainsi que dans l'inconscient, le réel, le symbolique et l'imaginaire sont nécessairement noués. Que l'un des brins soit rompu, alors le nœud se défait et ouvre le champ à la folie. Mais le sens savant ou clinique n'importe qu'en seconde lecture. Les oeuvres de Fourton veulent d'abord faire Ia part belle à l'instinct et au jeu.

      A ce nœud là, l'artiste pour qui l'humour est aussi essentiel à l'art qu'à Ia vie, superpose aussi implicitement et comme dans chacune de ses oeuvres, un autre nœud : celui qui entrelace étroitement le dérisoire avec le sublime.

 

      Françoise Jaunin

      Journaliste

      "24 Heures"

      Suisse Romande

COPYRIGHT © 2015 - Jean Fourton - Ab Concept