ACCUEIL

PEINDRE LES TÉNÈBRES

Vous avez dit noir?

 

Le noir de Jean Fourton n'est pas noir. Il est noir de fumée. Cette nuance porte sens bien au delà de toutes les infinies variations de cette non couleur.

   Comme il n'y a pas de fumée sans feu, celui ci n'est pas seulement circonscrit dans un foyer maîtrisé et bien localisé de la palette de mon ami Jean. C'est un véritable incendie planétaire, amorcé par les grands expressionnistes américains et espagnols. Il se propage et nous tentons de le porter plus loin.

    Les papes du noir ont toujours été craints et incompris, Motherwell en tête, car rien ne peut arrêter cette lutte ancestrale autour du charbon, en raison de l'intensité humaine et de l'absolu temporel qu'elle véhicule.

    Le saviez vous ? Jean a toujours fait partie des grands incendiaires et aujourd'hui il a décidé de mettre encore le feu à tout ce qu'il touche, pour replacer Ici peinture en regard de notre temps. Pyromane également à temps complet, j'aime bouter quelques feux en son exceptionnelle compagnie. Ce sont ceux du travail, de la recherche, de la conversation et de l'amitié.

    Revenons au noir qui nous intéresse. Celui ci ne peut être défini comme une couleur, puisqu'il les contient toutes. (Il les retient, faudrait il dire). C'est aussi pourquoi, quand on veut parler de couleur noire, on se replie généralement derrière des comparaisons... noir de jais du cirage, du charbon, de l'ébène. Mais parlons franc : Le noir de Jean Fourton n'est pas de l'ordre des comparaisons. Il n'est pas davantage métaphore, anthracite ou encre il est matière en lui même.

    Matière ou antimatière ? Le " trou noir " de l'astrophysique nous y ferait penser, ce lieu où matière et antimatière se disputent le territoire. Quoi qu'il en soit il est au centre de " la chambre noire " comme un révélateur. Il catalyse la luminance, la distille pour le plaisir des yeux.

     Comme le noir est couleur d'origine, celle ci est partie prenante en toute matérialité, toute énergie. La matière des oeuvres de Jean Fourton tel un tourbillon intérieur nous met au travail de penser, et d'espérer.

Bernard Garo

Artiste plasticien

COPYRIGHT © 2015 - Jean Fourton - Ab Concept